< retour aux Actualités

Cliquez ici pour télécharger le communiqué de presse au format PDF

Politique, business, sport, culture et médias… Quelles personnalités ont fait l’année médiatique 2019 ? Comment la présence des femmes a-t-elle évolué ?
edd, éditeur de Press’edd, plateforme n°1 de services de veille-médias, dévoile la 7ème édition de son classement des 1 000 personnalités les plus médiatisées dans la presse française. Un autre regard sur le bilan de l’année écoulée à travers celles et ceux qui ont été au cœur de l’actualité en 2019.

Titre 1000 presse 2019

Dans une série d’infographies, edd présente en synthèse les résultats du classement des personnalités les plus médiatisées en 2019, toutes nationalités confondues, comme suit :

– Le classement général toutes catégories confondues (politique, sport, business, culture et médias)
– Un focus sur la présence des femmes dans les médias
– Les palmarès des personnalités par catégorie : politique, sport, business, culture et médias

Un top 50 politique et sportif.

Top 50 - 1000 de la presse française

Cliquez ici pour télécharger le classement général au format jpeg

La catégorie sport est, pour la deuxième année consécutive, la plus représentée dans le classement des 1 000. Avec un total de 44% de personnalités (- 1 point par rapport à 2018), les sportifs ont ainsi donné le ton en 2019, à commencer par le club du Paris Saint-Germain dont les principales figures marquent leur empreinte dans le classement.

A la faveur d’une année animée largement commentée, le club a ainsi souvent fait la Une qu’il s’agisse de la montée en puissance de Kylian Mbappé, 4ème (tout comme en 2018), élu troisième meilleur buteur européen de la saison avec 44 réalisations, ou des blessures, « envie d’ailleurs » et du retour efficace sur les terrains de Neymar (5ème, + 1 place).

Arrivé en 2018 pour prendre la suite d’Unai Emery, Thomas Tuchel, entraîneur du PSG, gagne quant à lui 36 places pour se classer 16ème. Sa « gestion » des deux joueurs cités plus haut a largement été commentée et le parcours à venir du PSG lors des dernières phases de la Ligue des champions va certainement lui offrir, pour le meilleur ou pour le pire, une large visibilité dans le futur.

Toujours côté foot, Didier Deschamps, sélectionneur de l’Equipe de France, chute de la 5ème à la 15ème place, logique après une année 2018 où il a profité de l’incontournable effet Coupe du monde.

A noter enfin, et ce malgré une année de mondial féminin, l’absence dans le top 50 des joueuses de l’Equipe de France et de leur entraîneuse Corinne Diacre (74ème). Amandine Henry, première joueuse à apparaître dans le classement, n’arrive qu’à la 150ème position.

Du foot dans le classement, mais pas que ! Nous observons en effet quelques belles progressions cette année et des sportifs qui grimpent dans le classement à l’image des tennismen Roger Federer (20ème, + 14 places), Novak Djokovic (22ème, + 20 places) et Rafael Nadal (23ème, + 10 places).

Le cyclisme est également à l’honneur avec la présence de Julian Alaphilippe 28ème (+ 89 places), premier Français depuis 1995 à recevoir le Vélo d’Or et héros du Tour de France 2019 (il finira 5ème au classement général), et Thibault Pinot (46ème, + 65 places) dont l’abandon forcé et les larmes auront marqué la dernière édition de la grande boucle.

Avec 29% des personnalités (+1 point par rapport à 2018), la politique reste cependant toujours bien présente et même omniprésente dans le haut du classement.

Parmi les sujets qui auront mobilisé les rédactions en 2019 : le Brexit. C’est donc sans surprise que le leader pro-Brexit Boris Johnson, chef du Parti conservateur et Premier ministre du Royaume-Uni depuis juillet 2019, fait un bond de 135 places dans le classement pour intégrer la 8ème position. Sa prédécesseuse, Theresa May perd quant à elle 7 places et se classe 9ème.

Le classement est par ailleurs marqué par une année de tensions fortes sur le plan international. Nicolas Maduro, président du Venezuela en prise à une crise politique profonde, se classe 41ème (+ 125 places). A noter, la présence de Juan Guaidó à la 57ème position. Jair Bolsonaro, très controversé président du Brésil élu en janvier dernier est lui 42ème (+105 places). Enfin, Abdelaziz Bouteflika, qui a finalement renoncé à briguer un 5ème mandat à la présidence algérienne, gagne quant à lui 1 130 places pour atteindre la 44ème position.

Donald Trump, cible d’une procédure de destitution à moins d’un an des prochaines élections présidentielles américaines, se maintient à la deuxième place derrière Emmanuel Macron pour la 3ème année consécutive, une première depuis la création des 1000 de la presse.

En France, du côté des leaders des partis d’opposition, nous observons trois hausses significatives : Marine Le Pen, présidente du Rassemblement National, passée de la 14ème place en 2018 à la 7ème cette année, François-Xavier Bellamy, qui a conduit la liste des Républicains aux dernières élections européennes gagne 1 323 places pour arriver 45ème et, enfin, Yannick Jadot, tête de liste d’Europe-Écologie-Les-Verts aux élections européennes gagne 333 places et se positionne 36ème. Toujours présent dans le top 50, Jean-Luc Mélenchon, fondateur de la France Insoumise, reste stable à la 17ème place (- 1 place).

A noter par ailleurs la progression fulgurante d’une des figures emblématiques de 2019. Greta Thunberg, militante écologiste suédoise, élue personnalité de l’année par le magazine Times, enregistre la plus forte hausse avec + 1 382 places et entre ainsi dans le classement directement à la 35ème place.

17,9% de femmes dans le classement des 1 000 personnalités les plus médiatisées en 2019. Un léger mieux.

Top 50 femmes - 1000 de la presse française

Cliquez ici pour télécharger le classement de la visibilité des femmes au format jpeg

En 2018, les femmes n’étaient présentes qu’à hauteur de 15,3% dans le classement des 1 000 de la presse française, deuxième niveau le plus bas enregistré depuis 2013.

L’amplification toujours plus importante des enjeux liés à la condition et la place des femmes semble trouver son écho dans cette nouvelle édition : en 2019, les femmes sont présentes à hauteur de 17,9% dans les 1 000 personnalités les plus médiatisées (+ 2,6 points par rapport à 2018).

De nationalité française à près de 70%, les femmes du top 1 000 enregistrent 16% du total des citations.

Concernant la répartition par catégorie, les personnalités féminines sont, cette année encore, majoritairement issues du domaine de la culture et des médias (45% soit un score identique à 2018).

Les femmes politiques, si elles perdent deux points par rapport à 2018 (33% versus 35% en 2018) restent pourtant majoritairement présentes dans le top 50 de ce classement spécifique (31 femmes politiques). Parmi les entrées politiques significatives cette année : Manon Aubry, élue députée européenne La France Insoumise, qui gagne 1 276 places et entre à la 83ème position et Sibeth Ndiaye, ex-chargée des relations presse du Président et nommée porte-parole du gouvernement en mars dernier, gagne 1 225 places et se classe 106ème.

Les sportives gagnent elles 2 points (21% versus 19% en 2018) quand les femmes de la catégorie business demeurent toujours extrêmement discrètes (1%, niveau identique à 2018).

A noter, du côté des sportives, la présence dans le top 50 de Corinne Diacre (74ème du classement des 1 000, + 702 places), sélectionneuse de l’Equipe de France de foot féminin, et des joueuses Amandine Henry (150ème, + 985 places), Eugénie Le Sommer (194ème, + 937 places) et Wendie Renard (227ème, + 886 places).

Politique intérieure et enjeux européens à la Une.

Focus politique

Comme chaque année depuis la première édition des 1 000 de la presse en 2013, c’est le Président de la République qui occupe la 1ère place des classements général et politique. Le maintien de Donald Trump à la deuxième place pour la troisième année consécutive, juste derrière Emmanuel Macron et devant le Premier ministre Edouard Philippe, confirme cette année encore la place prise par la vie politique Outre-Atlantique et les relations internationales sur la scène médiatique nationale.

En l’absence cette année d’Angela Merkel du top 10 (14ème du classement des 1 000, – 4 places par rapport à 2018), c’est « l’épopée » du Brexit qui nous offre l’unique coloration européenne avec en tir groupé Boris Johnson (6ème) et Theresa May (7ème).

A noter, côté figures d’opposition, la seule présence de Marine Le Pen dans le top 10 des personnalités politiques (5ème, + 7 places)

Enfin, François-Xavier Bellamy enregistre la plus forte hausse du classement politique 2019 (45ème, + 1 323 places).

Business : les « affaires » sous les projecteurs

Focus business

Quelques jours après l’annonce de son arrivée sur le sol libanais, Carlos Ghosn (40ème du classement général, + 94 places), l’ex-Pdg de Renault-Nissan, prend la tête, assez naturellement, de la catégorie business, juste devant le médiatique Président de l’Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas (+ 22 places) et Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook (- 59 places) qui a notamment écopé en 2019 d’ une amende record de cinq milliards de dollars pour mettre fin à une enquête de la FTC (Federal Trade Commission).

Dans la suite du classement, Bernard Tapie (+ 156 places) qui comparaissait entre mars et avril devant le tribunal correctionnel de Paris dans l’affaire de la revente d’Adidas, plus de 10 ans après l’arbitrage avec le Crédit Lyonnais. Juste derrière, Elon Musk (- 74 places) qui termine l’année avec une hausse de 25% de l’action Tesla quelques mois seulement après avoir lancé, avec SpaceX, les 60 premiers minisatellites de sa future constellation “Starlink”, destinée à fournir internet depuis l’espace et qui pourrait un jour compter 12 000 satellites.

A noter enfin la forte progression de Jean-Dominique Senard (+ 606 places), nommé à la tête de Renault-Nissan en janvier 2019 après la démission de Carlos Ghosn.

Le football, locomotive sportive : 48% de joueurs dans le Top 1 000

Focus sport

En 2019, Kylian Mbappé, confirme sa position de star médiatique et footballistique incontournable en prenant de nouveau la première place du classement sportif devant son coéquipier brésilien Neymar. Didier Deschamps, qui était porté l’année passée par la Coupe du monde, perd de son côté 11 places et se positionne juste devant l’entraîneur parisien Thomas Tuchel.

La suite du classement se partage entre stars du foot et stars du tennis : l’indétrônable Ballon d’Or Lionel Messi (5ème) devance les deux « monstres » sacrés du ballon Ronaldo (9ème) et Zidane (10ème).

Côté courts (de tennis), se succèdent de la 6ème à la 8ème place les champions Roger Federer, Novak Djokovic et Rafael Nadal.

La plus forte progression du classement sportif revient cette année à André Villas-Boas (+ 1 289 places), qui a pris, en mai dernier, le poste de coach de l’OM après le départ de Rudi Garcia.

La succession de Johnny Hallyday ne fait plus recette

Focus culture et médias

« L’affaire de la succession de Johnny Hallyday » semble avoir moins intéressé les médias français en 2019. Ainsi, Sylvie Vartan enregistre la plus forte chute de ce classement culture & médias (- 702 places) quand Laeticia Hallyday perd de son côté 86 places. Cette dernière cède d’ailleurs cette année sa première position au classement culture & médias à Cyril Hanouna, animateur controversé adepte du « buzz » engagé depuis deux ans dans un bras de fer avec le CSA.

Deuxième, l’animateur Stéphane Bern (+ 28 places), nouveau Monsieur Patrimoine qui n’a pas manqué de pousser quelques coups de gueule en 2019, notamment concernant le sujet de l’exonération fiscale de son loto du patrimoine.

Un top 3 complété par Catherine Deneuve, à l’affiche de 3 films en 2019, qui gagne cette année 68 places dans le classement.

Note méthodologique

Le classement 2019 des 1 000 personnalités les plus médiatisées dans la presse française a été réalisé sur la période allant du 1er janvier au 31 décembre 2019, à partir du service Press’edd, la plateforme n°1 des médias français. Ce classement a été établi à partir d’un échantillon de 3 000 titres de la presse française et sites du web éditorial. Les articles paraissant dans plusieurs éditions de publications print régionales ne sont comptabilisés qu’une fois.

À propos de edd

edd indexe et archive en continu toute la presse écrite, web ou papier, la télévision et la radio. La plateforme Press’edd analyse et restitue à une clientèle de décideurs et de communicants les contenus pertinents et toutes les retombées médias de leurs alertes : veille de crise, de la concurrence, de la réputation… Revues de presse, panoramas et bilans, analyses quanti et quali, recherches d’archives : tous les services Press’edd rémunèrent les éditeurs par un prélèvement à la source s’appuyant sur un marquage numérique traçant chaque contenu et chaque usage de chaque client. Avec toute l’intelligence artificielle nécessaire et ce qu’il faut d’esprit, Press’edd sert le marché de la veille et de l’analyse des médias avec une précision et une rapidité inégalées.

Contacts presse

Dakota

Agence Dakota Communication Christèle Solis & Cécile Chapron edd@dakota.fr01 55 32 10 43

< retour aux Actualités

Une veille média, c’est simple

Fondée sur une infrastructure technique innovante qui automatise la plupart des traitements de premier niveau, la veille médias d’edd se veut simple pour ses clients.

Utiliser des technologies novatrices et l’intelligence artificielle

L’ensemble des produits et services proposés par edd se fondent sur un traitement automatisé des flux médias.

A partir d’algorithmes d’intelligence artificielle et d’un moteur de recherche paramétré par nos consultants, notre service médias adresse ses résultats en continu avec des délais de transmission inférieur à 5 minutes.

Les veilles média peuvent être modifiées en temps réel, ajoutées, supprimées, soit :

– directement par le client à partir de son interface en ligne,
– par les consultants edd joignables de cinq heures du matin à minuit.

Veiller tous les médias

Qu’il s’agisse d’une veille de presse écrite, d’une veille TV/radio, d’une veille Web, … edd agrège l’ensemble de ces sources dans un format unique qui assure le meilleur format sur tous les supports.

Ne vous contentez pas de veiller seulement votre entreprise

Grâce à edd, vous élargissez facilement votre veille média au suivi de l’actualité de votre marché, de vos concurrents, à la détection d’informations clé sur vos cibles prioritaires sans coût supplémentaire.

Vous bénéficiez d’outils qui vous permettent de réaliser en un tour de main des produits d’information d’aide à la décision tel que des panoramas média sur des sujets stratégiques pour votre entreprise.

Notre vision de la veille média
N’achetez pas ce que vous pouvez faire vous-même

A partir de ces veilles automatisées, notre outil de réalisation de revue de presse permet à l’entreprise de réaliser un panorama complet en un temps réduit. Il ne s’agit pas d’un logiciel de revue de presse complexe, mais d’un outil en ligne accessible sur le web.

Le panorama média peut porter non seulement sur l’entreprise, ses dirigeants, ses produits, mais peut être élargi à de la veille concurrentielle, à de l’information marché via des veilles thématiques.

La réalisation d’un panorama média d’une vingtaine d’articles sur tous les sujets ne prend pas plus de 20 minutes à un de vos collaborateurs qu’il soit communicant, attaché de presse, documentaliste, …

N’hésitez pas à ouvrir votre horizon de veille.

Une veille média, c’est accessible

Parce que c’est simple, et parce que c’est abordable, la veille médias edd est accessible à toute les structures.

Edd propose une approche modulaire de ses services qui s’adaptent à toutes les organisations, et dans une organisation à toutes les situations :

  • Panorama média réalisé par vous directement.
  • Service de panorama média clé en main livré 7/7.
  • Paramétrage d’une recherche documentaire par les consultants.

Edd se définit comme le back-office de votre service de presse. Nos consultants sont spécialisés par pôle d’expertise et sont accessibles, à portée de main de votre service de presse.

Une veille média, ça n’est pas seulement de la veille

Notre conviction est que le service de monitoring ne constitue qu’un seul des aspects d’une veille médias.

Edd vous offre un service global, de la détection des contenus pertinents à la gestion complète des droits d’usage sans équivalent sur le marché. Nos prestations incluent systématiquement la déclaration aux éditeurs de presse et producteurs de contenu de vos usages et leur rémunération.

Nous proposons de façon standard à nos clients :

– Une veille média tous droits inclus quel que soit le nombre de destinataires. Edd signe avec les éditeurs de presse des accords l’autorisant à diffuser leurs contenus.

– Une base de données média sans équivalent pour un maximum d’exhaustivité et de pertinence dans vos recherches. Accéder à Press’edd, c’est disposer d’un fonds documentaire riche de 30 années de partenariats avec les éditeurs de presse.

Une veille média : des alertes et pas de surprise

Avec Press’edd, vous êtes alertés sur tous les sujets qui intéressent votre entreprise : sa présence dans les médias, l’actualité de la concurrence, l’évolution de votre marché, sans que cela n’impacte votre budget.

Avec Press’edd, vous n’avez aucune mauvaise surprise sur votre budget, les droits de diffusion sont inclus. La veille média est illimitée sans coût additionnel. Votre budget est maîtrisé et la veille média devient vraiment accessible.

Si vous désirez en savoir plus sur la veille média, n’hésitez pas à nous contacter pour bénéficier de nos conseils.

< retour aux Actualités

En pratique, une veille média, à quoi ça sert ?

La veille média répond à 3 problématiques phares de toute entreprise :

– quelle est votre image, comment sont perçues vos marques ?

– quelle est la visibilité de vos produits ? Quel est le ROI de vos RP ?

– comment est-ce que vous vous situez sur votre marché, vos cibles ?

Elle accompagne l’ensemble de vos actions de relations presse auprès de votre public-cible ou de vos influenceurs et vous en restitue les résultats (les volumes de retombées, leur impact, les messages-clés, …).

Les enjeux de la veille média
Au delà de ces actions planifiées, la veille média apporte :
  • aux communicants ou professionnels de la communication un éclairage sur leur exposition médiatique
  • aux attachés de presse un retour sur leur campagne de relation presse
  • et aux directions de Business Unit, Marketing, Etudes et Directions Générales des éléments d’appréciation sur leur marché (concurrents, encadrement réglementaire, veille innovation, …).

Si vous désirez en savoir plus sur la veille média, n’hésitez pas à nous contacter pour bénéficier de nos conseils.

< retour aux Actualités

Aujourd’hui encore, à l’ère du digital, de la communication temps réel et du contenu roi, de (trop) nombreuses entreprises françaises ne disposent toujours pas d’un solide dispositif de veille média, ni de panoramas média. Elles se contentent souvent d’une pige à la citation de leur seule entreprise.

Cet usage très restrictif de la veille média amenuise la capacité de l’entreprise à comprendre, connaître et analyser les enjeux liés à son business. Il lui fait courir le double risque d’être dépassé par ses concurrents et de manquer les virages stratégiques pourtant nécessaires à sa croissance.

Cette absence de stratégie de veille est dans bien des cas la conséquence d’une méconnaissance des outils disponibles sur le marché et que de nombreuses TPE/PME pensent trop onéreux.

La veille média, un incontournable
Veiller les médias est pourtant indispensable pour :
  • suivre son business

    – Connaître les besoins de ses clients et de ses prospects.
    – Surveiller ses concurrents, être à jour de leur actualité, de leurs nouvelles offres, des concurrents qui émergent…
    – Détecter les opportunités sur son marché intégrer les nouvelles tendances de son secteur d’activité.

  • – Comprendre les vecteurs d’image dans son domaine d’activité (les influenceurs, les médias généralistes qui traitent vos sujets, les médias de niche).
    – Identifier les signaux faibles.
    – Suivre la réputation de son entreprise.

< retour aux Actualités

Cliquez ici pour télécharger le communiqué de presse au format PDF

 

Les Bleues se rapprochent des Bleus, le temps de la compétition
Alors que leur aventure s’est arrêtée en quart de finale, edd dévoile le classement de la visibilité médiatique des 23 joueuses de l’équipe de France de football, depuis leur premier match de préparation en janvier 2019*

 
Paris, le 05 juillet 2019. Audiences massives de la retransmission des matchs, forte affluence dans les stades … L’engouement inédit pour le foot féminin et pour l’équipe de Corinne Diacre s’est-il traduit dans les colonnes de la presse ? edd, éditeur de Press’edd, plateforme n°1 de services de veille-médias, apporte des éléments de réponse.
 
Un effet « coupe du monde » réel, et après ?
 

A période comparable (du 1er janvier jusqu’au coup d’envoi de la compétition), la visibilité médiatique des 23 joueuses de l’Equipe de France de football représentait 1/6 de celle de leurs homologues masculins. Entre le jour de leur entrée en lice et le lendemain des quarts de finale, les Bleues se sont rapprochées des Bleus au fil des différents matchs pour atteindre un peu plus de la moitié du nombre de leurs citations dans la presse française. Si ce résultat pourrait être légitimement jugé insuffisant, il n’en traduit pas moins une visibilité médiatique sans précédent dans l’histoire du football féminin.

Rappelons qu’en 2018, si aucune footballeuse n’apparaissait dans le baromètre annuel des 1 000 personnalités les plus médiatisées de la presse française (qui comportait 48% de joueurs), une quinzaine devraient faire leur entrée dans le classement cette année, les plus exposées susceptibles par ailleurs de friser le Top 100. A noter que si la majorité des articles ont une tonalité positive, les critiques semblent venir avec la visibilité. C’est notamment le cas pour Corinne Diacre, qui voit son choix de ne pas sélectionner Marie-Antoinette Katoto remis en cause, alors que son attaque a manqué d’efficacité lors de la compétition. C’est ainsi qu’une défenseure, Wendie Renard, restera comme la meilleure buteuse de l’Equipe de France avec 3 réalisations, toutes de la tête.

Cette exposition nouvelle va-t’elle contribuer de façon durable à la visibilité du foot féminin ? Premiers éléments de réponse à suivre en fin d’année, dans la prochaine édition du baromètre des « 1000 de la presse française ».

 

visibilité des Bleues

 

Cliquez ici pour télécharger l’infographie au format JPG

 

* Le baromètre de la visibilité médiatique des 23 joueuses sélectionnées dans l’Equipe de France de football dans la presse française a été réalisé sur la période allant du 1er janvier au 04 juillet 2019 à partir du service Press’edd, la plateforme n°1 des médias français. Le comptage a été établi à partir d’un échantillon de 3 000 titres de la presse française et sites du web éditorial. Les articles paraissant dans plusieurs éditions de publications print régionales ne sont comptabilisés qu’une fois.

À propos de edd

edd indexe et archive en continu toute la presse écrite, web ou papier, la télévision et la radio. La plateforme Press’edd analyse et restitue à une clientèle de décideurs et de communicants les contenus pertinents et toutes les retombées médias de leurs alertes : veille de crise, de la concurrence, de la réputation… Revues de presse, panoramas et bilans, analyses quanti et quali, recherches d’archives : tous les services Press’edd rémunèrent les éditeurs par un prélèvement à la source s’appuyant sur un marquage numérique traçant chaque contenu et chaque usage de chaque client. Avec toute l’intelligence artificielle nécessaire et ce qu’il faut d’esprit, Press’edd sert le marché de la veille et de l’analyse des médias avec une précision et une rapidité inégalées.

Contacts presse

Dakota

Agence Dakota Communication Christèle Solis & Cécile Chapron edd@dakota.fr01 55 32 10 43

< retour aux Actualités

Cliquez ici pour télécharger le communiqué de presse au format PDF

 

Les Lyonnaises au top !
À la veille du coup d’envoi de la Coupe du monde féminine de football et du premier match des Bleues, edd dévoile le classement de la visibilité médiatique des 23 sélectionnées*

 

Paris, le 06 juin 2019. J-1 avant le coup d’envoi attendu de la Coupe du monde féminine de foot et du match d’ouverture qui opposera la France à la Corée du Sud. Les joueuses de Corinne Diacre, qui ont conclu vendredi dernier leur phase préparatoire par une victoire 2 à 1 face à la Chine, débuteront demain leur Mondial, fortes d’une confiance acquise au cours des treize victoires remportées sur les quatorze derniers matchs disputés.

4ème équipe féminine du dernier classement FIFA, et désormais parmi les favorites de la compétition, les Bleues rêvent – et nous avec – d’offrir à la France une 3ème étoile.

En attendant le match d’ouverture, edd, éditeur de Press’edd, plateforme n°1 de services de veille-médias, s’est intéressé à la visibilité médiatique des joueuses de l’Equipe de France dans la presse française.

Un effet « Coupe du monde » encore timide mais réel

Alors qu’aucune footballeuse n’apparaissait dans le baromètre annuel des 1 000 personnalités les plus médiatisées de la presse française en 2018 (seules des joueuses de tennis, skieuses et une patineuse apparaissaient dans le classement), elles sont déjà 4 sur les 23 à bénéficier d’une visibilité suffisante pour y apparaître. Encore loin des cimes atteintes dans la presse par l’Equipe de France masculine lors de la Coupe du monde 2018, déjà 3 joueuses ont néanmoins une visibilité supérieure à celle de Benjamin Pavard au même stade, soit avant le début de la compétition. Notons un top 5 de lyonnaises en tête du classement qui montre aussi l’impact de la dernière Ligue des champions remportée par la section féminine du club de Jean-Michel Aulas.

Peut-être n’est-ce qu’un début et qu’un bon, voire très bon parcours, permettra un décollage durable de cette visibilité. Premier élément de réponse vendredi après le match d’ouverture entre les joueuses de Corinne Diacre et l’équipe de Corée…

 

visibilité des Bleues

 

Cliquez ici pour télécharger l’infographie au format JPEG

 

Eugénie Le Sommer, Amandine Henry, Wendy Renard, Amel Majri et Delphine Cascarino, cinq joueuses évoluant toutes à l’Olympique lyonnais, arrivent en tête, arrivent en tête du classement des footballeuses les plus présentes dans les médias français depuis le début de l’année. Un résultat qui peut s’expliquer par la victoire du club lyonnais en Ligue des champions féminine le 18 mai dernier, mais aussi par leur talent et leurs prestations réalisées lors des derniers matchs. Eugénie Le Sommer, meilleure buteuse de l’Equipe de France en activité avec 74 buts, récolte ainsi 2 501 citations depuis le début de l’année, suivie de près par la capitaine des Bleues, Amandine Henry, avec 2 220 citations. Leurs trois coéquipières comptabilisent entre 1 644 et 1 167 citations.

Notons qu’outre les 23 joueuses sélectionnées, l’ancienne footballeuse internationale et actuelle sélectionneuse des Bleues Corinne Diacre bénéficie – à l’instar de son homologue Didier Deschamps – d’une belle visibilité, en récoltant 4 110 citations. D’autre part, la surprise de la non-sélection de Marie-Antoinette Katoto, attaquante phare du PSG et meilleure buteuse de Division 1 féminine, explique une assez forte exposition avec 1 045 citations enregistrées.

Avec une visibilité plus forte en 5 mois que durant toute l’année 2018, la montée en puissance des joueuses et de l’entraîneuse au niveau médiatique témoigne d’un effet « Coupe de monde » réel. Certains pics de citations correspondant aux différents événements ayant rythmé l’avant-Coupe du monde (annonce de la sélection par Corinne Diacre, premiers matchs de préparation) sont inédits. Cette montée en puissance dans les médias français devrait se poursuivre avec le début de la compétition et particulièrement si l’Equipe de France justifie son statut parmi les équipes favorites.

* Le baromètre de la visibilité médiatique des 23 joueuses sélectionnées dans l’Equipe de France de football dans la presse française a été réalisé sur la période allant du 1er janvier au 04 juin 2019 à partir du service Press’edd, la plateforme n°1 des médias français. Le comptage a été établi à partir d’un échantillon de 3 000 titres de la presse française et sites du web éditorial. Les articles paraissant dans plusieurs éditions de publications print régionales ne sont comptabilisés qu’une fois.

À propos de edd

edd indexe et archive en continu toute la presse écrite, web ou papier, la télévision et la radio. La plateforme Press’edd analyse et restitue à une clientèle de décideurs et de communicants les contenus pertinents et toutes les retombées médias de leurs alertes : veille de crise, de la concurrence, de la réputation… Revues de presse, panoramas et bilans, analyses quanti et quali, recherches d’archives : tous les services Press’edd rémunèrent les éditeurs par un prélèvement à la source s’appuyant sur un marquage numérique traçant chaque contenu et chaque usage de chaque client. Avec toute l’intelligence artificielle nécessaire et ce qu’il faut d’esprit, Press’edd sert le marché de la veille et de l’analyse des médias avec une précision et une rapidité inégalées.

Contacts presse

Dakota

Agence Dakota Communication Christèle Solis & Cécile Chapron edd@dakota.fr01 55 32 10 43

< retour aux Actualités

Paris, le 24 mai 2019. Inscrite dans un contexte politique singulier et inédit, la campagne électorale pour les élections européennes entre dans sa dernière ligne droite avec un nombre record de 34 listes validées.

Après avoir suivi, jour après jour, les évolutions de la visibilité des candidats dans la course à l’Élysée avec le baromètre Press’identielle et après avoir lancé Press’Pol, classement quotidien inédit de la visibilité médiatique des principaux leaders politiques, Le Journal du Dimanche et Press’edd, plateforme n°1 de services de veille-médias, conjuguent à nouveau leurs savoir-faire pour s’intéresser à la visibilité médiatique (presse écrite et web éditorial) des candidats têtes de listes*.

Familiers du paysage politique français, nouveaux visages émergents, candidats de dernière minute et listes Gilets Jaunes : de qui la presse française parle-t-elle le plus et le moins ? Sur quelles thématiques de campagne s’expriment-ils ? Qui truste les « Unes » ?

* Période d’analyse : 15 avril – 22 mai

En attendant le verdict des urnes le 26 mai prochain, résultats et analyses à découvrir sur le site du Journal du Dimanche

Pour les découvrir, cliquez ici

Élections européennes

Note méthodologique
L’évolution de la visibilité dans la presse française (presse écrite et web éditorial) des candidats têtes de listes aux élections européennes est réalisé sur la période allant du 15 avril au 22 mai 2019 à partir du service Press’edd, la plateforme n°1 des médias français. Le comptage a été établi à partir d’un échantillon de 3 000 titres de la presse française et sites du web éditorial. Les articles paraissant dans plusieurs éditions de publications print régionales ne sont comptabilisés qu’une fois.

A propos de edd
edd indexe et archive en continu toute la presse écrite, web ou papier, la télévision et la radio. La plateforme Press’edd analyse et restitue à une clientèle de décideurs et de communicants les contenus pertinents et toutes les retombées médias de leurs alertes : veille de crise, de la concurrence, de la réputation… Revues de presse, panoramas et bilans, analyses quanti et quali, recherches d’archives : tous les services Press’edd rémunèrent les éditeurs par un prélèvement à la source s’appuyant sur un marquage numérique traçant chaque contenu et chaque usage de chaque client. Avec toute l’intelligence artificielle nécessaire et ce qu’il faut d’esprit, Press’edd sert le marché de la veille et de l’analyse des médias avec une précision et une rapidité inégalées.

Contacts presse

Dakota

Agence Dakota Communication Christèle Solis & Cécile Chapron edd@dakota.fr01 55 32 10 43

< retour aux Actualités

Macron, Le Pen, Mélenchon, Wauquiez… A quels thèmes sont associés 15 personnalités politiques dans la presse?

A quel thème le nom d’Emmanuel Macron était-il le plus associé dans la presse en 2018? Et quels dirigeants politiques étaient le plus cités dans les articles ayant comme thèmes l’économie ou bien la santé? Ce sont à ces questions que répond la nouvelle étude d’EDD, éditeur de Press’edd, la première plateforme des médias français. Après le baromètre Press’identielle et l’édition quotidienne de Press’pol, le JDD a décidé de s’intéresser aux sujets qui sont le plus associés à 15 responsables des principaux leaders politiques du pays, parmi lesquels le chef de l’Etat, le Premier ministre Edouard Philippe ou les opposants Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et Laurent Wauquiez.

Comment avons-nous fait? A partir de 650 titres de presse quotidienne et hebdomadaire, nationale et régionale, Press’edd a recensé le nombre d’articles dans lesquels sont cités ces dirigeants politiques sur l’année 2018 (jusqu’au 20 décembre dernier) et les a liés à 15 thématiques prédéfinies : le social et le travail, la justice et criminalité, les affaires étrangères, la défense, le sport, etc. L’un des 15 responsables politiques était ainsi associé l’une des thématiques dès lors que se trouvait dans le même article son nom et quatre ou cinq termes relevant directement de ce thème. En sachant que chacune de ces thématiques regroupait un corpus de plusieurs dizaines de mots, par exemple “impôt”, “ISF”, “livret A” pour la partie “économie et finances”, ou “baccalauréat”, “université”, “apprentissage” pour celle sur “l’éducation”.

Lire l’article complet sur le JDD

< retour aux Actualités

Pressedd, la plateforme n°1 des médias français, présente la 5ème édition de son Observatoire de la parité dans la presse.

Fin 2016 Emmanuel Macron, alors candidat à la présidence de la République s’engageait, dans un tweet, « avec #JamaisSansElles pour donner aux femmes toute leur place : c’est-à-dire la même que celle des hommes ! » Elu, le président Macron, qui a fait de l’égalité entre les sexes la grande cause nationale de son mandat, a constitué un gouvernement paritaire. Autre signal fort, au mois de juin, 224 femmes font leur entrée dans l’hémicycle, un chiffre historique. 38,8% des élus du Palais-Bourbon sont désormais des élues (versus 26,9% lors de la mandature précédente).

Difficile de ne pas évoquer, au-delà du niveau de présence des femmes dans la presse française, le séisme provoqué par les révélations de harcèlement sexuel (94 témoignages au 3 novembre…) à l’encontre du producteur américain Harvey Weinstein. Si l’épicentre était situé aux Etats-Unis, l’impact a bien été mondial et la question plus large de l’égalité hommes / femmes s’est retrouvée au cœur de l’actualité, menant en France à la préparation d’un projet de loi “contre les violences sexistes et sexuelles” qui sera présenté début 2018 par Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes. La secrétaire d’Etat s’est par ailleurs prononcée il y a quelques jours en faveur de l’instauration de quotas « partout » pour briser le plafond de verre.

C‘est dans ce contexte singulier que Pressedd dévoile, pour la 5ème année consécutive, les résultats de son Observatoire sur la visibilité des femmes dans la presse.

Quel état des lieux de la visibilité des femmes dans la presse en 2017 ?

A travers ce document de synthèse*, Pressedd présente :

  • Un état des lieux de la présence des femmes dans les 1 000 personnalités les plus médiatisées en 2017
  • Les femmes du classement des personnalités les plus médiatisées en 2017 dans les catégories politique, culture & médias, sport et business

Classement général : la place des femmes dans les 1 000 personnalités de 2017

 Avec 16,9% de femmes dans les 1 000 personnalités dont la presse a le plus parlé en 2017, le classement enregistre une infime progression par rapport à 2016 (16,8%) mais ne réussit pas encore à égaler les niveaux de 2013 (19,2%) et 2014 (17,3%). Les femmes du classement totalisent 14,7% des citations globales enregistrées pour les 1 000 personnalités du classement.

En analysant la répartition des femmes de ce classement par catégorie, on observe qu’elles appartiennent essentiellement à la catégorie Culture et médias (47%) et Politique (39% soit + 4 points par rapport à 2016). La catégorie Sport apparaît faiblement représentée (13% en 2017 versus 17% en 2016) et la catégorie Business demeure extrêmement discrète (1%).

Top 100 Politique

Le top 100 des personnalités politiques compte cette année 24 femmes (21 françaises et 3 étrangères), soit deux de plus par rapport à 2016. Elles ne totalisent toutefois que 17% du total des citations attribuées aux personnalités politiques en 2017. En cette année d’élection présidentielle, Marine Le Pen gagne une place par rapport à 2016 et prend la tête du classement. Toujours positionnée en haut de ce classement et à la faveur de sa réélection, Angela Merkel se classe deuxième cette année. La chancelière allemande gagne ainsi 3 places par rapport à 2016. Theresa May, Première ministre conservatrice qui a la charge de négocier les conditions du Brexit, se classe 3ème. Un top 5 complété par la maire de Paris, Anne Hidalgo, 4ème, et Ségolène Royal, désormais Ambassadrice pour les pôles, 5ème (-2 places par rapport à 2016).

FOCUS : LA VISIBILITÉ DES FEMMES DU GOUVERNEMENT DANS LA PRESSE

Si le gouvernement Macron est bien paritaire « sur le papier », les femmes ministres sont bien moins présentes dans la presse en 2017 que leurs homologues masculins.

Ainsi, les femmes ministres sont représentées à hauteur de 40,7% dans la presse en 2017 et ne totalisent que 22,8% des citations totales consacrées aux ministres cette année versus 77,2% pour les hommes.

Top 100 Culture & Médias

 Catégorie dans laquelle les femmes sont les plus présentes chaque année, elles sont 34 en 2017 dans le top 100 Culture et Médias (versus 33 en 2016) et totalisent globalement presque autant de citations que les hommes (49,7%).

Parmi les 10 premières, 3 personnalités françaises et 7 étrangères. 1ère du classement, Isabelle Huppert dont l’année a été marquée par un César, une nomination aux Oscars et un Molière d’honneur. Du côté des autres personnalités Françaises Catherine Deneuve, 6ème, gagne 4 places tandis que Marion Cotillard, 8ème, en perd 4 par rapport à 2016.

Derrière Isabelle Huppert sur le podium, Kim Kardashian, 2ème, Beyoncé, 3ème, la pop star Ariana Grande, 4ème et enfin, la barbadienne Rihanna, 5ème.

Top 100 Sport

La catégorie Sport perd une femme cette année. Ainsi, on note en 2017 la présence de seulement 3 femmes sur les 100 premières personnalités sportives dans la presse française. Au global, les femmes sportives totalisent environ 46 fois moins de citations que les hommes.

Les 3 sportives les plus médiatisées sont toutes des joueuses de tennis avec en première position, la franco-serbe Kristina Mladenovic, arrivée en 1/4 de finale à Roland Garros. Un classement lié à son premier grand titre (Saint-Pétersbourg) et à une place dans le top 10 WTA qu’elle n’aura toutefois conservée que 2 semaines. A ses côtés, en 2ème position, Caroline Garcia, 8ème du classement WTA, qui a joué cette année son premier 1/4 de finale à Roland Garros également. 3ème enfin, la joueuse roumaine Simona Halep, première joueuse mondiale au classement WTA, qui a enchaîné cette année 1 victoire à Madrid et 4 finales à Rome, Roland Garros, Cincinnati et Pékin.

Classement Business

Parmi les 41 personnalités business présentes dans les 1 000 personnalités les plus médiatisées en 2017 seulement 2 femmes qui totalisent uniquement 6% du total des citations attribuées aux personnalités de la catégorie en 2017.

1ère femme du classement, Christiane Lambert, élue le 13 avril dernier à la présidence de la FNSEA. A ses côtés Delphine Ernotte, qui clôt une année de tensions et de turbulences à la tête de France Télévisions.

Note méthodologique

L’observatoire 2017 de la parité dans les médias a été réalisé sur la période allant du 1er janvier au 12 décembre 2017, à partir du service Pressedd, la plateforme n°1 des médias français. Ce classement a été établi à partir des 1 500 premiers titres de la presse française (presse quotidienne nationale, presse quotidienne régionale, presse magazine – hebdomadaire et mensuelle – presse hebdomadaire régionales presse professionnelle et spécialisée) et de 1 500 sites du web éditorial : sites des titres de PQN, PQR, PHR, presse magazine et pure players, y compris les articles derrière paywall. Les articles paraissant dans plusieurs éditions de publications print régionales ne sont comptabilisés qu’une fois.

A propos de EDD

EDD indexe et archive en continu toute la presse (transmise par les éditeurs), la télévision/radio et le web.

Sa plateforme Pressedd analyse et restitue à une clientèle de décideurs et de communicants les articles pertinents et toutes les retombées médias de leurs alertes (veille de crise, de la concurrence) et de leurs revues, panoramas et bilans de presse, avec des analyses quanti et quali. En presse, la recherche d’archives porte sur plus de 300.000.000 articles.

Tous les services Pressedd rémunèrent le droit d’auteur par prélèvement à la source. Le marquage des contenus garantit l’usage du client, dispensé de toute déclaration tierce.

Partenaire des éditeurs de presse, EDD met ses chaînes et ses formats au service de leur diffusion professionnelle, vers les autres intermédiaires spécialisés de la veille-médias ou l’utilisateur final.

Chaque jour, les collaborateurs EDD sont mobilisés à leur service et à celui d’un millier de grands comptes du secteur public ou privé, avec un seul objectif : fournir la bonne information média à la bonne personne au bon moment.

En savoir plus sur EDD et Pressedd : https://www.edd.fr/Le chant du coq (vidéo)

Contacts presse

 Agence Dakota Communication

Christèle Solis & Cécile Chapron

equipe@dakota.fr – 01.55.32.10.43

* Les classements complets sont disponibles sur demande.

< retour aux Actualités

Paris, le 23 mars 2017. Après les baromètres de la visibilité médiatique des candidats des différentes primaires, EDD, éditeur de Pressedd, la plateforme n°1 des médias français, et le Journal du Dimanche poursuivent leur association avec Press’identielle : chaque jour, Press’identielle dévoilera le classement des candidats à l’Elysée en fonction de leur nombre de citations dans 650 quotidiens et hebdomadaires français*.

 Présidentielle : qui sont les candidats les plus médiatisés chaque jour ?

Les journaux parlent-ils plus de François Fillon que d’Emmanuel Macron ? Comment la présence de Benoît Hamon ou Marine Le Pen évolue-t-elle au fil de la campagne ? Qui de Jean-Luc Mélenchon ou Nicolas Dupont-Aignan fait le plus de Une ?

Avec son baromètre Press’identielle, le JDD en partenariat avec Pressedd, publiera chaque jour dès 9 heures le classement de la présence médiatique des différents candidats dans les journaux français parus le matin même. 650 titres de la presse quotidienne et hebdomadaire (nationale et régionale) constituent le corpus de cette étude inédite et interactive.

Chaque semaine, les équipes du Journal du Dimanche analyseront ces résultats de manière qualitative pour mieux comprendre les évolutions de la présence médiatique des candidats.

Pour découvrir Press’identielle cliquez ici

        « Avec Press’identielle, nouvel opus de notre partenariat, nous apportons – à travers des mesures barométriques renouvelées chaque jour – des données fraîches et précises à analyser aux équipes du Journal du Dimanche renseignant sur les dynamiques médiatiques de la campagne. En matière de data-journalisme, la rédaction du JDD est à la pointe et attend de nous précision, exhaustivité et réactivité », précise Jean-Frédéric Farny, Directeur général de EDD.  « Le dispositif technique d’étude pour les baromètres repose sur l’infrastructure unique que nous mettons à disposition des éditeurs, des communicants, dirigeants et documentalistes pour leur veille médiatique de la presse française, nationale et régionale, quotidienne et périodique. »

         « Depuis plusieurs mois, dans le cadre d’un partenariat efficace avec Pressedd, le JDD décortique la présence des personnalités politiques dans la presse et sur Internet. Parce que ces données permettent d’analyser le poids médiatique de chaque candidat à l’élection. Avec ce baromètre quotidien inédit, il s’agit, chaque matin, de faire une revue de presse quantitative : qui est à la une des journaux français chaque matin de la campagne. Chaque semaine, nous livrerons une analyse qualitative de ces tendances, qui nous permettent de nous mettre à la place des Français : de qui leur parle-t-on le plus ? En bien comme en mal », détaille Cyril Petit, Rédacteur en chef central et Secrétaire général de la rédaction Le Journal du Dimanche et lejdd.fr.

 * Le baromètre Press’identielle de la visibilité médiatique des candidats est réalisé à partir du service Pressedd, la plateforme n°1 des médias français. Ce classement a été établi à partir d’une sélection des 650 plus importants quotidiens et hebdomadaires français, nationaux et régionaux.

 A propos de EDD

EDD indexe et archive en continu toute la presse (transmise par les éditeurs), la télévision/radio et le web.

Sa plateforme Pressedd analyse et restitue à une clientèle de décideurs et de communicants les articles pertinents et toutes les retombées médias de leurs alertes (veille de crise, de la concurrence) et de leurs revues, panoramas et bilans de presse, analyses quanti et quali et recherches d’archives. Tous les services Pressedd rémunèrent le droit d’auteur par prélèvement à la source grâce à un marquage numérique unique garantissant l’usage du client et la traçabilité des contenus.

Partenaire des éditeurs de presse, EDD met ses chaînes et ses formats au service de leur diffusion professionnelle, vers les autres intermédiaires spécialisés de la veille-médias ou l’utilisateur final.

Chaque jour, les collaborateurs EDD sont mobilisés à leur service et à celui d’un millier de grands comptes du secteur public ou privé, avec un seul objectif : fournir la bonne information média à la bonne personne au bon moment.

En savoir plus sur EDD et Pressedd : https://www.edd.fr/Le chant du coq (vidéo)

Contacts presse – Agence Dakota Communication

Christèle Solis & Cécile Chapron

equipe@dakota.fr – 01.55.32.10.43